Les manipulateurs sont de retour

« Jamais sans toi Toufeyli » : voici l’histoire de Faiza Soulé et Toufeyeli. Cette épopée a débuté lorsque ces deux manipulateurs décident de détourner leur déontologie journalistique, au profit de candidats de l’opposition avec la complicité de Nadia Tourqui, propriétaire de la page de connerie « la voix des Comores ». Le mot d’ordre, tous derrière son oncle l’ancien lieutenant-colonel « Campagnard ».

Touféyli travaille depuis un certain temps dans le groupe de presse Massiwa dont l’équipe de rédaction est désormais basée à l’étranger.  En effet, ce journal « mort-né » dès sa création était jusqu’à lors dirigé à Moroni par Idjabou Bakri, un ancien conseiller de Fahmi Saïd Ibrahim au Ministère de la Justice. Mais il a soudainement disparu de nos kiosques pour être exclusivement disponible que sur internet. Il semblerait que faute de soutiens, il leur été impossible de payer les salaires, et les montagnes de dettes ont forcé les dirigeants et actionnaires (dont Houmed Msaidié) à fermer la boîte.

Derrière de cet hebdomadaire déstabilisateur, on retrouve un certain Saïd Yassine Saïd Ahmed, fondateur de la pathétique page « Comores-plus ».  Grâce à ces manœuvres médiatiques, Said Yassine a fini par sortir de sa coquille vide, pour reprendre les micros à Lyon.

Maintenant que « le plan a échoué » pour Toufeyli et ses acolytes, voilà que ces mêmes conspirateurs sont de retour à la maison. Mais nous n’avons pas oublié dans quelles conditions ils avaient fui le pays. Eux qui pendant des semaines avaient appelé à la haine, à la violence, en ternissant l’image du pays au reste du monde. Il semblerait qu’en voyant leurs efforts de déstabilisation être vains, ils ont fini par rentrer au pays pour faire comme si de rien n’était.  

Depuis la France, Toufeyeli qui a passé plusieurs années à Mitsoudjé, a fait intervenir ses amis proches des affaires étrangères pour s’excuser de ses maladresses et ainsi s’assurer un visa de multi entré, au cas où. Il a en effet compris que la France n’était pas faite pour lui, et que les conditions qui lui étaient offertes n’étaient bonnes que pour des ratés comme Said Yassine Said Ahmed.

Quant à Faiza, lynché par Nadia Turqui, et qui s’était perdue dans les couloirs après avoirs tenter une escapade à la Gazette des Comores et à la FBk FM d’Abdallah Agoi, a finalement signé son retour à Al Watwan, à condition que son ami Toufeyeli retourne lui aussi bercail. Pour rappel, ceux qui étaient à l’aéroport ce jour-là l’ont aperçu à l’accueil de Toufeyeli.

Fin de la saison, nous attendons avec impatience la suite de cette série.

PS : Servir des fins politiques et non la Nation, a pour effet de décrédibiliser la profession de journaliste.