Quand Corruption, suscite des Vocations – Partie 1

Résumé de l’article :

  • Quelles sont les racines de la corruption qui gangrène notre pays ?


  • L’« interraide », ce gigantesque programme financier et matériel destiné à relancer l’économie comorienne, est le deuxième crime financier le plus important de l’histoire de notre pays, après celui du Programme de Citoyenneté.


  • En première ligne de ces malversations, nous avons Said Abdallah Mchangama alias (Tahomba).


  • Aujourd’hui, les Comores comptent plusieurs centaines de détourneurs de fonds, qui à l’image du modèle, sont exemptés de toute faute morale.


Corrompre est devenu monnaie courante aux Comores. Il est vrai que dans notre pays, les corrupteurs et les corrompus gagnent la confiance des citoyens en toute impunité. Mais quelles sont les racines de ce mal qui gangrène notre pays ?

Cela fait vingt-huit ans que le peuple comorien se complait à cette situation. Pour preuve, à part cas exceptionnelle, la justice n’a jamais inquiété un individu pour abus ou détournements de fonds, alors que nous savons tous que des sommes colossales sont logées dans des comptes personnels en Union des Comores ou placées en investissements discrets dans des paradis fiscaux.

Comment évoqué plus haut, ces vilaines habitudes ont effet commencé il y a maintenant 28 ans, suite au deuxième crime financier le plus important de l’histoire de notre pays, après celui du Programme de Citoyenneté. Nous faisons ici allusion à l’affaire dite de l’« interraide », ce gigantesque programme financier et matériel destiné à relancer l’économie comorienne, quinze ans après que le pays ait accédé à son indépendance. Dans la mesure où les détournements sont souvent symptomatiques de la société dans laquelle nous vivons, constituant ainsi la partie émergée de l’Iceberg, nous ne devons pas aborder ce sujet avec légèreté.

En première ligne de ces malversations, nous avons Said Abdallah Mchangama alias (Tahomba), celui qui fut pendant longtemps considéré comme l’un des jeunes les plus doués de son temps, dotée une surprenante « intelligence » émotionnelle. L’homme s’est selon les dires suscité empathie et sympathie. Depuis, les choses ont évolué et Tahomba a suscité des vocations.