À qui profiterait la mort de l’Ex-Président Sambi ?

Entre pouvoir et parti Juwa, lequel désirerait et profiterait de la mort de la personnalité aux mille mystères, l’ancien président Sambi ?

L’opinion publique comorienne se trouve polluée ces derniers jours par des messages très contradictoires en provenance du parti Juwa appelant ces membres, partisans et sympathisants à une prière en vue de la libération de Sambi. Et selon Allaoui Ahmed Bachir, cela est prévu pour ce vendredi 16 août 2019.

Mais depuis ce jour, les membres du parti Juwa commencent à polluer la toile, au lieu d’organiser leur duan pour la supposée « libération » de leur gourou, ils continuent de mentir comme ils respirent en disant que Sambi est gravement malade et risque de mourir.

Que se cache-t-il derrière ce duan? Sambi risque-t-il d’être éliminé par les siens ?

Tantôt, ils disent qu’Azali envisage de tuer Sambi, tantôt ils disent qu’il est gravement malade et risque de mourir s’il ne bénéficie pas de soins spécialisés à l’extérieur du pays sans pour autant montrer, comme ils savent le faire, le certificat médical établi par le médecin l’ayant consulté. Et bizarrement, personne ne connaît le nom du médecin l’ayant consulté et établis ce fameux diagnostic médical. À ce que je sache, l’État a pris le soin de lui laisser son médecin personnel, le docteur Adam, histoire de ne pas interférer dans son dossier médical.

Tantôt ils font appel à un soulèvement populaire en faisant appel à la famille de Sambi (lu sur le mur d’Allaoui Ahmed Bachir « famille Sambi sort de ton silence, aidez-nous à sauver votre fils, notre ami, notre idole, notre espoir… Votre silence n’aide pas votre fils »).

Depuis quand l’ancien président Sambi est réduit à sa famille ? Cela montre effectivement que ses partisans commencent à le lâcher et préparent sa relève. Sinon, comment et pourquoi on fait appel à sa famille pour, prétendument, défendre son idole, son espoir ? Anguille sous roche ǃ

Pour ceux qui l’avaient oublié, nous sommes tous des mortels. Hier ils ont propagé des mensonges selon lesquels le Président Azali est mort et se moquait de sa mortalité et aujourd’hui ils s’indignent de la supposé mort de Sambi, ce qui est l’œuvre de leur imagination, de leur stratagème manipulatoire aux fins de berner la population comorienne pour un éventuel soulèvement populaire.

Qu’ils sachent qu’il n’y a pas de mystère de l’homme devant la mort, quel que soit son âge, la situation qu’il vit, son statut et l’endroit où il se trouve. Car, « Toute âme goûtera à la mort », elle survient quand elle veut suivant la volonté divine.

Pauvre ou riche, citoyen ordinaire ou haute autorité, homme libre ou prisonnier (politique ou de droit commun ; assassin ou criminel économique…) ; homme, femme ou enfant ; la mort n’est qu’une volonté divine et non le souhait d’une tierce personne.

Pourquoi le médecin traitant, qui est son médecin particulier n’est pas monté au créneau pour défendre son gourou Sambi, chose qu’il sait bien faire sur son mur puisque, après tout, le dossier médical de son patient est politisé. Et ainsi, donner son appoint par rapport aux contre-expertises menées par des médecins désignés par l’État, pour l’authenticité du certificat médical du patient.

On veut donc nous faire croire que, pour une personnalité comme Sambi, l’État doit expertiser et juger l’authenticité du certificat médical du patient, alors que celui-ci a été établi par les médecins désignés par le même État ?

Est-ce que l’avocat de Sambi a vraiment fait ce qu’il fallait faire ou tout cela est juste une façon de tromper l’opinion publique et les partisans de Juwa, comme il a fait en période de campagne lors des dernières présidentielles ?

Si l’État avait voulu tuer votre gourou, pourquoi ne l’a-t-il pas fait depuis sa mise en résidence surveillée ?

On dirait peut-être que son entourage a perdu confiance en son médecin, en son avocat.

Tadjidine Ben Ahmed