Les élections présidentielles seront crédibles et transparentes

Les élections présidentielles sont arrivées et avec elles, les tractations des différents politiciens. La majorité d’entre eux sont obnubilés par la transparence de ces échéances électorales et pour cela, ils multiplient les rencontres entre candidats mais aussi avec les différents partenaires. Mais ces élections, elles seront transparentes, crédibles et fiables. Le président de la République y tient et les organisations internationales y veilleront. Nous constatons dernièrement que toutes les dispositions sont en train d’être prises pour s’assurer de la transparence des élections pour des résultats reconnus et fiables.

Le dernier déplacement à Paris du chef de l’État a rassuré bien des sceptiques. Au final, l’organisation internationale de la francophonie sera de la partie et sa présence ne sera que bénéfique pour le processus électoral qui se verra renforcé en termes de crédibilité. L’OIF aura en effet sa mission d’observation. Que dire de l’Union européenne ! Elle est plus encline à participer malgré le scepticisme de certains. L’Union européenne par la voix de son ambassadeur aux Comores, Di Girolamo a acté sa participation aux échéances électorales en tant qu’observateur avisée. Elle salue d’ailleurs le fait que tout le monde a sa chance et que les candidatures ne manquent pas.

C’est tout à l’honneur de la démocratie comorienne. Outre ces deux partenaires incontournables, il y a lieu de rappeler que l’Onu entend accompagner le pays dans ce moment charnier de son histoire. La ligue des États arabes n’est pas non plus en reste puisqu’elle a confirmé sa mission d’observation. En ce qui concerne l’Union africaine, les choses pourraient se décanter lors du prochain sommet de l’UA prévu pour se tenir le 10 et le 11 février 2019. Au regard de son implication aux Comores et de son attachement à la démocratie et à la transparence des opérations électorales dans les pays membres, l’Union africaine ne saurait prendre une autre décision que celle de confirmer la venue d’une mission d’observation pour son compte.

Qu’en est-il de la commission de l’Océan indien ? Comme toutes les organisations internationales, la visite aux Comores de Vincent Mériton, vice-président des îles Seychelles aura permis d’avoir la certitude de la présence de l’organisation régionale de proximité. En effet, selon son représentant, la Coi entend s’investir activement avant, pendant et après l’organisation des élections présidentielles. La SADC et le COMESA devraient se rendre prochainement à Moroni et à partir de ces visites pré-sélection, on devrait voir plus clair quant aux positions de ces organisations régionales.

Dans tous les cas, le moins que l’on puisse dire, c’est que tout est mise en place pour faire en sorte que le prochain président qui sortira des urnes, aura la reconnaissance mondiale qui va avec. Ces élections représentent l’occasion de conforter les acquis démocratiques des Comores en matières électorale et tout le monde doit apporter sa contribution pour l’intérêt supérieur de la nation. En tenant compte des diverses déclarations venues des différentes organisations mondiales, les plus sceptiques ont pu être réconfortés.

Place à la campagne désormais !