Le Collège Électoral ?

Le collège électoral désigne avant tout un groupe de personnes restreint ayant les mêmes qualités et participant à une élection. Les membres de ce groupe peuvent être désignés ou élus. Dans ce dernier cas, le suffrage est indirect car le collège est le représentant des personnes les ayant élus.

Aux Comores le collège électoral est constitué par l’ensemble de la population ayant dix – huit années et révolues. Le rôle de ce collège dans des élections présidentielles et des gouverneurs consiste à élire, au nom de tout le peuple comorien, le président de l’union et les gouverneurs des îles autonomes pour un mandat bien déterminé par la constitution.

Le vote est avant tout un devoir civique qui doit être fait avec conscience et liberté. Chaque citoyen membre du collège électoral a l’obligation et le droit d’accomplir sa mission électorale en toute démocratie et indépendance. Il est aussi de notre devoir de citoyens de créer ou de maintenir un environnement de paix et de tolérance où concertation et inclusion auront leur mot à dire. Oui, nous devons inclure tout le monde: hommes, femmes et surtout les jeunes. Ces derniers étant l’avenir du pays. Cette catégorie de la population doit être au coeur de tout projet sociétal de tout candidat afin de garantir un avenir meilleur à la société comorienne.

Pour y parvenir, se concerter demeure un atout majeur pendant les périodes électorales et post-électorales. L’opinion de tout un chacun compte beaucoup. Seule une telle pratique nous aidera à préserver l’union, la paix et la démocratie parmi nous. Et personne n’est sans savoir que cette paix tant convoitée par tant de pays dans le monde entier reste notre principale richesse.

Tout ceci nous conduit à dire que le collège électoral a un rôle de premier plan à jouer quant à l’avenir de notre cher pays. Surtout avec l’objectif que s’est fixé l’ Etat comorien d’ici 2030. Des objectifs qui se rapprochent des Objets de Développement Durable (ODD) des Nations Unies. Ceci dit que choisir le candidat le plus expérimenté et le mieux preparé à cette nouvelle vision et cette nouvelle dynamique mondiale reste un devoir démocratique pour chacun de nous.

Sans s’atteler à faire un bilan de deux ans généralement positif aux yeux de tous les comoriens et à énumérer les nombreux chantiers en cours de réalisation, il est bien claire aux yeux de tous que seul le candidat Azali Assoumani est le seul en mesure de conduire le pays là où nous avons tous souhaité à nos proches à l’arrivée de ce nouvel an : le bonheur de vivre !