Célébration de 44e anniversaire de l’indépendance

Le Président s’engage pour un État de droit, de paix, de prospérité et de sécurité 

« Nous nous sommes donnés comme ambition, de faire de l’Union des

Comores un pays émergent à l’horizon 2030 et cela implique nécessairement l’instauration et le renforcement d’un état de droit. » Dira-t-il.

Le  44e anniversaire de l’indépendance a été célébré ce samedi 6 juillet à la place de l’indépendance de Moroni. Lors de la cérémonie, le président Azali Assoumani a tenu un discours solennel adressé aux Comoriens et à la communauté internationale sur son engagement de faire des Comores un pays émergent. Après avoir souhaité aux Comoriens une joyeuse fête, il a transmis «un message de paix, d’unité, de prospérité et d’espérance. » Il reconnaît  qu’il nous appartient de «continuer leur œuvre en parachevant notre indépendance par le recouvrement de l’intégrité territoriale de notre pays et par l’intégration de l’Île comorienne de Mayotte dans son ensemble naturelle. Parachever l’indépendance de notre pays, c’est œuvrer pour consolider l’unité nationale, la Démocratie, la Paix, la Stabilité et assurer le développement socioéconomique et la prospérité de notre pays ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le président de la République a insisté dans son discours sur l’importance d’un État de droit : «L’État de droit est la priorité, car sans lui, rien ne peut se construire et il n’y aurait ni liberté d’entreprendre ni capacité de création et encore moins de partenariat crédible. Dans un État de droit, chaque citoyen doit aussi reconnaître et s’acquitter de ses devoirs avant de réclamer des droits. L’État qui est garant de l’intérêt général ne saurait se soustraire de ses obligations et se réfugier dans la défense d’intérêts particuliers ou partisans». Le chef de l’État a annoncé que « je n’ignore pas les difficultés quotidiennes que vous vivez et je comprends parfaitement vos inquiétudes, voire parfois les mécontentements. C’est pourquoi je me suis fait le devoir de prêter une oreille attentive à vos doléances ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Par ailleurs, Azali Assoumani a annoncé que «Le Gouvernement poursuivra les actions engagées aussi bien concernant la vie quotidienne, la sécurisation des recettes de l’État, la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption ainsi que celle relatives à l’énergie, au parachèvement de la construction des infrastructures routières, portuaires et aéroportuaires sans omettre celles qui concernent la santé et l’éducation avec en filigrane, la volonté de résoudre le problème de l’emploi des jeunes. J’en veux pour preuve, le paiement continu des salaires sans pour autant entraver la continuité de l’État ». Pour la question de la nouvelle technologie, le président Azali Assoumani  informe qu’  «avec la mondialisation et les réseaux sociaux, notre pays, comme tous les autres, est confronté à de nouveaux défis, d’autres menaces qui nous donnent l’obligation de veiller, afin de protéger notre société. La liberté d’expression que personne aujourd’hui ne peut prétendre entraver doit aller de pair avec le respect des textes, des Institutions de la République, des biens d’autrui et des biens publics ».

Mhadji Salua