🚧 Des cousins interchangeables ?

Rien ne peut ĂȘtre confirmĂ© avant la formation du prochain gouvernement. Mais comme c’est imminent, les lobbyings et les coups-de-poing sont menĂ©s Ă  une allure extrĂȘme. Beaucoup de membres du gouvernement et des proches d’Azali ne s’entendent pas bien avec l’actuel secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du gouvernement, qui n’est autre que le neveux d’Azali, Idaroussi Hamadi.

Et comme ils savent pertinemment qu’à ce poste stratĂ©gique Azali ne placera qu’une personne de totale confiance, ils sont Ă  pied d’Ɠuvre pour faire remplacer Idaroussi par Fathou, jugĂ© « coopĂ©ratif » et « accueillant » et « ouvert » contrairement Ă  son cousin Idaroussi Hamadi qui, au lieu d’exĂ©cuter et coordonner l’action du gouvernement, cherche Ă  imposer.

Si ce dernier saute, il y en a qui feront discrĂštement la fĂȘte. En tĂȘte, la premiĂšre dame qui contrairement au rĂ©gime de 2002, est empĂȘchĂ©e de s’immiscer dans les affaires de l’Etat par Idaroussi. Et tant mieux, et pour le pays et pour l’image de son mari.

Fathou est le seul fils d’ Azali Ă  s’ĂȘtre engagĂ© en politique.

TrÚs discret et trÚs apprécié, il a détenu la trésorerie de la campagne présidentielle de son pÚre et de tous les candidats de la mouvance.

Cet ancien banquier d’Exim Bank qui a pris une disponibilitĂ© pour « aider » son pĂšre, a visiblement goĂ»tĂ© le miel de la politique. Si sa nomination pourrait provoquer un mouvement collectif d’indignation vu les liens familiaux, notons néanmoins qu’elle (la nomination) n’aura Ă©tĂ© contraire Ă  aucun texte.