🍺 Paul Charles Delapiere reprend ses mensonges

Voilà des années que PCD fait des mensonges un moyen pour se faire voir et se faire connaitre sur les réseaux sociaux. C’est son sport favori. Malgré le poids de l’âge et l’alcool qui terrasse ses intestins grêles à petit feux, l’homme rebelote encore. Sans gênes. PCD donne l’apparence d’un homme intelligent, courtois et sociable.

Mais, méfiez-vous. Il est doué des manigances et de sales coups les plus inimaginables. Lui qui est allé jusqu’à dépouiller le patrimoine de toute sa propre famille.  L’homme est sans scrupules. Prêt à tout. On connait l’histoire de son grand-mariage et les dettes laissées à sa famille aux Comores. Il a vite pris l’avion sans même vivre les festins prévus pour l’occasion et goûter les beaux jours de son mariage traditionnel. Une ardoise estimée à l’époque à plus 4 millions (8000 euros) dont la moitié n’est toujours pas réglée à ce jour.

L’homme se réfugie sur Facebook pour verser des âneries. Dans la dernière en date, il explique que la mosquée de vendredi de Moroni s’est vidée ce 19 avril. Tout cela pour cracher sur le président Azali Assoumani. Un pur mensonge. PCD n’a rien à enseigner l’intérieur d’une mosquée car il n’y a jamais mis les pieds depuis qu’il a fait de l’alcool sa rosée pour assouvir ses vices de délinquant de première catégorie.

Le président Azali Assoumani a bien dirigé la prière avec tous les fidèles présents à Al Qasm. Tu peux instiller et cracher comme tu as l’habitude de le faire. Mais ne soyez pas aigris jusqu’à fabriquer des mensonges et désacraliser la maison de Dieu. Tu peux rester le mécréant que tu es mais garde en toi au moins le respect d’une religion que nous aimons et défendons au quotidien.

Il était le conseiller de Djaffar Said Ahmed quand ce dernier était vice-président en charge de l’Economie. PCD a été viré un an après pour une histoire d’escroquerie aggravée s’attirant les foudres du cabinet du vice-président tombé en disgrâce. Des faits de détournements, il a renoué avec des scènes d’escroquerie comme Al Capone. Sur quelle base, cet alcoolique peut-il se permettre d’insulter le président Azali Assoumani. Gare à toi, petit Paule. Fermes ta petite bouche sinon on va tout dire. Et tu vas le regretter. 

Said Yassine, Montreuil